Qu’est-ce qu’une norme volontaire ?

241
Publié le 20 Avr 2018

Vous ne savez peut-être pas ce que ce terme recouvre et pourtant la plupart des choses qui nous entourent y répondent. Un téléphone portable, un crayon, une casserole, l’eau potable… font l’objet de normes volontaires.

Cela signifie que chacun de ces objets ou de ces services rentre dans un cadre de référence auquel prennent part notamment fabricants et utilisateurs. Le but : fixer les standards en matière de qualité, de sécurité ou de performance pour les produits, les services ou les pratiques de notre vie quotidienne. La norme ne remplace pas la réglementation, elle peut la compléter, l’expliquer, la préciser.

En France, n’importe qui peut proposer un sujet de norme. Cela peut être un industriel ou encore une organisation représentant les consommateurs, par exemple. Dès lors que la proposition est partagée et acceptée par les parties intéressées concernées, l’élaboration de la norme est confiée à une commission de normalisation qui regroupe toutes les parties prenantes du secteur en question. Ensemble, elles vont travailler par consensus, jusqu’à arriver au projet de norme.

Ensuite, le projet est soumis à une enquête publique ouverte à tous, puis intervient la phase de validation et de publication qui permet à la norme d’être utilisée par toutes les organisations concernées qui le souhaitent. Par la suite, la norme est révisée régulièrement, de façon à rester pertinente.

C’est comme cela que lorsque vous faites cuire des pâtes, vous utilisez la norme NF ISO 7304-1 et que lorsque vos enfants glissent sur un toboggan, ils mettent en œuvre la norme NF EN1176-3.

Chaîne